DÉFICIT FONCIER Réaliser des travaux de rénovation pour réduire ses impôts

Contrairement aux dispositifs fiscaux Pinel ou Duflot que certains qualifient de niches fiscales, le mécanisme du déficit foncier relève de la fiscalité immobilière de droit commun. Le déficit foncier est obtenu après avoir déduit de vos loyers perçus tout ou partie des charges et des travaux liés à vos logements destinés à la location nue. Prenons un investissement dans un bien immobilier pour un coût d’acquisition de 50 000€ et nécessitant 50 000€ de travaux. Les 50 000€ de travaux viendront réduire les revenus fonciers, s’il y en a, et les revenus globaux à hauteur de 10 700€/an. L’excédent sera reportable pendant 10 ans. Il est aisé de comprendre qu’il peut être intéressant d’investir dans un logement nécessitant de gros travaux pour faire baisser considérablement la tranche d’imposition et donc le montant de l’impôt. Certains de nos investissements prévoient ces travaux en amont pour faciliter la gestion de ces derniers.

LES PRINCIPAUX INTÉRÊTS à obtenir du déficit foncier

  • ✓Imputation du déficit foncier sur les revenus fonciers et sur les revenus globaux à hauteur de 10 700 €/an
  • ✓Report de l’excédent du déficit foncier pendant 10 ans, d’abord sur les revenus fonciers puis sur les revenus globaux, toujours à hauteur de 10 700€/an
  • ✓Possibilité de louer le bien à un ascendant ou à un descendant du contribuable

LA PRINCIPALE OBLIGATION après déduction du déficit foncier

  • ✓ L’engagement à louer le bien non meublé durant 3 ans minimum après l’imputation du dernier déficit foncier

LES ÉCONOMIES D’IMPÔTS GÉNÉRÉES PAR LE DÉFICIT FONCIER NE RENTRENT PAS DANS LE PLAFOND DES NICHES FISCALES